Des soldats russes ouvrent le feu sur des civils sans défense à l’arrière | Monde | Nouvelles

Un détachement de soldats russes a été photographié avec un appareil photo lors d’un raid sur un concessionnaire automobile près de Kiev et a abattu de sang-froid deux gardes du corps ukrainiens impuissants. La vidéo, diffusée sur BBC News, a été enregistrée au début de l’invasion russe de l’Ukraine. La vidéo montre trois soldats russes discutant avec deux employés avant qu’ils ne se présentent pour leur demander de partager leurs cigarettes.

Les deux Ukrainiens sont ensuite vus se frayer un chemin sur la route après avoir parlé avec les troupes russes.

Soudain, au coin de la rue, deux membres de l’escouade russe se retournent, pointent leurs fusils et tirent dans le dos des deux gardes.

Après quelques minutes, l’un des hommes a réussi à le remettre sur ses pieds, grièvement blessé et saignant abondamment.

L’homme a ensuite été identifié comme étant le grand-père de 68 ans, Leonid Plyats, décédé des suites d’une perte de sang avant que l’armée ukrainienne ne puisse lui venir en aide.

La vidéo montre plus tard des soldats russes dans un bureau de concessionnaire automobile célébrant avec de l’alcool et pillant tous les objets de valeur sur lesquels ils peuvent mettre la main.

Une tentative de sauver Plyat a été faite par des membres des Forces de défense territoriales ukrainiennes, mais elle a été retardée en raison des bombardements intensifs des Russes.

La fille de Plyats, Julia, s’est prononcée en faveur de la condamnation du meurtre de son père aux mains des troupes russes.

Elle a dit: «Je ne peux pas le regarder en ce moment. Je vais le sauvegarder dans le cloud et le laisser à mes enfants et petits-enfants.

“Les zones * qui étaient sous occupation russe fin février et mars ont connu les violations des droits de l’homme les plus horribles sur le continent européen depuis des décennies”, a déclaré au conseil Emine Dzhaparova, première vice-ministre ukrainienne des Affaires étrangères.

Un porte-parole de la mission russe auprès des Nations unies à Genève n’a pas dans l’immédiat commenté la possibilité d’ouvrir une enquête sur les crimes de guerre.

La Russie nie avoir attaqué des civils et a qualifié ses actions en Ukraine depuis le 24 février d'”opération militaire spéciale” pour désarmer le pays et se débarrasser de ce que le Kremlin appelle le nationalisme anti-russe alimenté par l’Occident. L’Ukraine et l’Occident prétendent que la Russie a déclenché une guerre d’agression non provoquée.

La Russie a été suspendue du conseil de 47 membres le mois dernier sur des allégations de violations en Ukraine, bien que Moscou affirme avoir démissionné. Selon les règlements de l’ONU, son envoyé est autorisé à prendre la parole lors de la soirée du jeudi, mais son siège était vide.

Leave a Comment